A - Questions touristiques et générales

A-2 Questions sur Toulouse :

A-2-1 Q : Pourquoi a-t-on pu dire que Toulouse était pays de cocagne ?

Réponse : Parce qu'au moyen âge Toulouse commercialisait le pastel dans toute l'Europe. Les notables, pour se distinguer du peuple portaient des vêtements de couleur. Toulouse s'est donc enrichie à cette époque. On appelait les négociants en pastel les pasteliers (20 familles au maximum). Leurs hôtels particuliers (comme celui d'Assézat) témoignent encore aujourd'hui de leur richesse. Le pastel est une plante (espèce de lin) qui poussait (et pousse encore car elle est utilisée comme fourrage) dans le Lauragais tout proche. Les cocagnes sont des boules de feuilles de pastel concassées et comprimées pour les faire fermenter. C'est cette fermentation qui donne la coloration bleu clair du pastel. On pouvait donc dire d'un pays qui possédait et commercialisait des cocagnes qu'il était riche. Toulouse était donc bien un pays de cocagne.

A-2-2 Q : Le deux mars 1969 un grand événement a eu lieu à Toulouse. Pouvez-vous nous dire lequel et quels étaient les hommes impliqués ?

Réponse : Le premier décollage d'un Concorde (le numéro 001).
Son équipage : André Turcat, commandant de bord, Jacques Guignard, copilote, Michel Rétif, mécanicien, et Henri Perrier, ingénieur

A-2-3 Q : Quelles sont les différentes adresses du Microtel Club Toulousain depuis sa création ?

Réponse :

Renseignement accessible sur le site Internet du club.

A-2-4

«...En ce qui concerne les quais de la Garonne, de l'île de Tounis au Bazacle sur la rive droite, et le long de la prairie des filtres sur la rive gauche, il fallait mettre les habitants à l'abri des inondations. L'idée était ancienne, Mondran en outre désirait rénover les quartiers en installant des « magasins pour la commodité du commerce sans omettre » d'aligner les façades des maisons et de les « rebâtir d'égale élévation ». L'idée fit son chemin et le projet, repris par l'archevêque Loménie de Brienne, fut confié à Jean-Marie Saget, directeur des travaux publics de la province. Le creusement du canal destiné à unir la Garonne en amont du Bazacle au canal de Languedoc, fut l'occasion d'un programme cohérent permettant l'aménagement des quais le long du fleuve depuis le Pont-Neuf : les deux ports de Saint-Pierre (du Bidou) et de la Daurade reçurent leur aménagement définitif et les maisons du quai furent soumises à un programme monumental : leurs façades uniformes, sans étages au-delà des murs de la ville, étaient montées sur de grandes arcades ; elles devaient mettre en valeur l'église de la Daurade... »

A-2-4-1 Q : De quel canal est-il question ?

Réponse : Le canal dit « de Brienne ».

A-2-4-2 Q : Quand a-t-il été construit ? (Nous nous contenterons des années de début et de fin des travaux.)

Réponse : De 1768 à 1778.

A-2-5

« La faiblesse de l'industrie fut, jusqu'à nos jours, un trait permanent de la personnalité toulousaine ; il ressort avec vigueur aux XVIIe et XVIIIe siècles. Pourtant, Colbert a doté la ville de manufactures d'Etat [...] Mais elles prenaient la succession d'établissements privés, - ce qui les fit même assez mal accueillir, - et elles n'employaient pas beaucoup de monde...»

A-2-5-1 Q : De quelles manufactures s'agissait-il ?

Réponse : Poudres, Tabacs, Soies.

A-2-5-2 Q : À quelles dates furent-elles installées ?

Réponse : Poudres 1667, Tabacs 1674, Soies 1674 (?).

Retour au sommaire 

(ref : page 9)

11.06.2001